L'épopée d'un enutrof généreux

> > > L'épopée d'un enutrof généreux
Fiche du personnage

Nom:Kanopée
Âge:52 ans
Résidence:Son havre sac qui le suit dans toutes ses quêtes
Taile: 1m65
Nations d'origine: Brakmar
Situation amoureuse: célibataire libre comme l'air!

Caractère: Né sous la bénédiction de sadida, nommé par ses parents Kaiser de Noiregarde. Il grandit exclusivement avec sa mère et sa grande soeur deux sadida du nom de Mila (mère) et Kelly (soeur) dans un havre sac en vagabondant dans les landes de sidimote. Son père, lui, était un sram du nom de Délation de Noiregarde. Ce nom lui fut attribué car ils s'occupaient uniquement des contrats mis sur la tête des traîtres ou des taupes au sein des 4 nations. Et comme tous les srams le meurtre était sa passion et pour lui la passion passait avant la famille il ne donnait donc pas trop de nouvelles. Ainsi Kaiser était le seul homme à la "maison". De plus, a force de voir son père aller et venir seulement pour rapporter des milions de kamas pour nourrir sa famille, Kaiser est devenu un adorateur des kamas.. À la mort tragique de sa famille entière qui restera secrète pour le moment, il décida de trouver refuge chez les riktus sous le nom de Kanopée mais au bout de 13 ans il s'est rendu compte que vivre de méfait ce n'est pas une vie.. Ainsi il vagabonde dans le monde des douzes en héritant de la fougue de son père un assassin dévoué et de la douceur de sa mère et sa soeur des bienveillantes sadida.

Physique: Kanopée est un enutrof toujours souriant, musclé et il porte une barbe étincelante comme un kamas. Avec une tenue bleu océan et des dorures incrustées sur les poches avant ainsi que le havre sac de sa mère morte au milieu de son adolescence.
Célibataire? XD mais c'est pas de son fait si? XD
Mdr c'est un personnage pas moi xD on va dire il est marié à l'aventure x)
Prélude:

Je vais vous raconter ici mon aventure. Elle sera exposé grâce à des fragments de mon journal de bord que j'ai commencé à rédiger dès que j'ai appris à lire et écrire.

Mon aventure est divisé en plusieurs parties qui seront dans l'ordre chronologique des choses.

Je garde la suite encore secrète.

Kanopée.
Chapitre 1: 13 junidor 934
Partie 1: le passé maternel
Jour 1
Aujourd'hui avec maman on est arrivé à sufokia. C'était la première fois que je vois la nation d'origine de ma mère. En tout on va y passer 10 jours, ma mère et moi nous comptons pêcher,Taper des pirates, visiter le siège du gouvernement sufokien, manger les aliments locaux et boire la bière locale.
Le voyage en bateau a été long et mouvementé car le bateau était infesté d’Arakne majeur et tisseuse je vois vous dis pas la galère. D'ailleurs l'une d'elle a détruit le mat du bateau ce qui a fait allonger le temps du voyage mais avec les autres voyageurs nous avons fait des rames de fortune en plus de celles déjà présentes ainsi on a pu avancer convenablement. Malgré cet incident, le voyage était agréable car l'ambiance était très convivial et les tâches bien réparti grâce à une organisation hors pair.
Ce soir on dors dans l'auberge à la sortie de l'avant poste car j'en avais envie et que ma mère connais l’aubergiste. Ainsi J'ai rencontré plein de voyageur et de sufokien. Mais je préfère quand même rester avec ma mère.
D'ailleurs c'était son anniversaire, je lui ai offert un sac sadida de bonta. Elle a adoré et on a fêté ça dans notre chambre elle me racontait ses histoires quand elle était encore enfant. Elle vivait seule avec ses parents près du rivage steamulant, il vivait au jour le jour son père était artisan boulanger et sa mère pêcheur. Il vendait des sandwichs d'anguille grillée, les affaires tournaient bien jusqu'au jour où bonta fit une razzia dans le village où ils vivaient.. Ils brûlèrent les champs au début de la saison des récoltes pareils pour le bois et ils monopolisèrent la zone pendant 8 mois. Ainsi ils faisaient payer des taxes sur tout : la pêche, le bois, le blé et même sur certains déplacement grâce à des péages.
La fin de cette répression c'est passé de la manière suivante : au sud du rivage un camp riktus dirigé par un certain Robin Wood s'était mis en place. Lorsque bonta s'en est rendu compte il était trop tard, les riktus contrôlé deux tiers du rivage. De plus le gouvernement de sufokia inquiet de savoir un de ses territoires envahis sans sommation, décida de s'allier avec Brakmar pour répondre à cette offense par bonta. Ainsi le dernier tier du rivage steamulant fut libéré par cette alliance.

Jour 2
Après cette longue histoire je me suis endormi mais ma mère m’a fait remarquer que ce n'était que la moitié de l'histoire pendant que nous traversions la prairie de Surlo. En effet, après cette reconquête. Il fallut répondre immédiatement, le gouvernement de sufokia força donc tous les hommes en âge de combattre à aller sur le champ de bataille mais mon grand père n’aimait pas du tout la guerre. Ainsi lui et sa famille décidèrent de déserter sufokia car le père devait s'engager après retrouver sa vie d'antan, qui a pas duré de jour à cause de cette foutue guerre.
Ma mère et ses parents sont donc partis dans la seule nation neutre dans le conflit : Amakna. En 3 mois, ils installèrent leur nouveau logis une maison en bois près du village d’emelka. La vie était belle et tranquille. Les hommes chassaient le bouftou car oui ils étaient plusieurs. Ma mère avait 2 frères plus vieux qu'elle. Et les femmes cueillaient des cawottes expowtées, des épices ou des plantes pour faire un dîner décent. Cela dura 3 ans. Ma mère avait 17ans au début de leur exil. Ses parents eux 42 ans pour le père et 44 ans pour la mère. Et les 2 frères étaient jumeaux âgés de 22 ans. Tous des adorateurs de sadida.

Mais ce n'était que le calme avant la tempête. La guerre entre Bonta et sufokia entraîna à son tour amakna car certains bontariens avaient fuit le conflit mais le problème c'est que l'afflux était trop intense et lennemi a cru à une alliance entre les nations. Et donc sans demander l'alliance brak-sufokienne à débarquer par suprise par le zaap… d’Emelka. Ils ont réduit en cendre la zone sans aucune exception jusqu'au jour où le gouvernement d’Amakna est venu par lui-même demandé des explications car jusque là ils ont toujours été pacifique. Face à cette demande après le massacre l'alliance s’excusa et que ce « petit conflit n'avait que trop duré et qu'ils étaient allé trop loin pour une simple vengeance ». Mais je ne compris pas pourquoi ma mère me parlais des affaires internationales alors qu'elle parlait de son enfance, donc je lui demandis : « Et ta famille comment a-t-elle survécu ? » et elle me répondis « il n'y a que moi qui a survécu… » Ensuite elle se mise à beaucoup pleuré.
Elle me disait qu'elle ne pouvait en vouloir à personne car le sang appelle le sang et que sa famille a perdu par malchance.





Lien vers le message

Utilisez les codes suivant pour partager le message sur un forum ou un site.